Association des Gens du secteur Grand-Mère
La Parole au Peuple.
 
Regroupement de citoyens de Grand-Mère.
________________________________
 


Ville
de
Grand-Mère
Recherche par Michel HILL

__________

Allez sur l'hyperlien ci-après qui vous conduira à l'historique FORT INTÉRESSANT du développement de la ville de Grand-Mère de sa naissance jusqu'à aujour- d'hui (cliquez sur VILLE DE GRAND-MÈRE):

http://www.ville.shawinigan.qc.ca/Services.aspx?section=shawirenseignement&id=562
________________________

CULTUREL
LA LÉGENDE
DU ROCHER DE GRAND-MÈRE

Longtemps avant la venue de l'homme blanc vivait dans cette région une tribu indienne. La fille du chef s'éprit d'un intrépide guerrier. Le père consentit à donner sa fille en mariage à condition que le prétendant apporta une grande quantité de peaux choisies, en preuve d'amour, d'habileté et de bravoure.

Les deux amoureux se séparèrent.
Les mains jointes au-dessus d'un grand rocher qui surplombait la rivière, ils se jurèrent fidélité éternelle.
Plusieurs années s'écoulèrent sans que la patiente fidélité de la belle ne s'émousse.

Mais l'âge et les veilles ayant affaibli sa vue, elle adressa au grand esprit une supplique, l'implorant d'avertir son amant de sa fidélité lorsqu'elle trépasserait.

On attribue à cette légende deux dénouements symboliques.
Le premier veut qu'au moment même où l'âme de la jeune indienne monta aux cieux, se produisit un éclair fulgurant, un bruit assourdissant. Le roc se fendit laissant là la figure d'une vieille femme, tournée vers le nord et scrutant l'horizon, pour voir apparaître l'amoureux.
Le second épilogue voudrait que la fiancée fut changée en roc en symbole de fidélité.

HISTORIQUE
Le rocher avait son lieu d'origine au milieu d'une chûte tumultueuse haute de douze mètres. Sur ce rocher était burinée une tête de vieille dame. La figure en profil dessinait les lignes du front, du nez, de la bouche et du menton carré d'une grand-mère.
En 1914, la Compagnie Laurentide devait faire disparaître ce monument pour construire le barrage hydroélectrique. La décision fut prise pour le transport de cet imposant ouvrage de la nature.
Un ingénieur tailla minutieusement la pierre et chaque parcelle fut numérotée. On s'affaire ensuite à l'édification des plans pour la reconstruction de ce casse-tête d'un millier de tonnes.
Malheureusement les travaux devront s'interrompre à cause de la guerre et ne reprendront qu'à la fin de celle-ci. Une maison de trois étages a dû être déplacée afin de faire place au rocher.
________________________
Pour ce projet d'envergure, la Compagnie Laurentide a dû débourser $13,188.30. Cependant, en retour, la ville obtenait de la Grand-Mère un gage de fidélité, un symbole de protection aussi inébranlable que le roc.
.
GÉOGRAPHIE

Le squelette rocheux sur lequel est assise la plate-forme des Laurentides est bâti d'éléments qui comptent parmi les plus anciens du globe et qu'on appelle les roches précambriennes (1,400,000,000 ans).

Le grand glacier qui a envahi la province de Québec lors de la dernière glaciation avait pour origine les plateaux du Labrador: ... Il était assez puissant pour submerger toute la Nouvelle-Angleterre et s'étale jusqu'à New-York... Ainsi un gigantesque rouleau compresseur, d'un poids considérable, a circulé à travers le plateau Laurentien, l'écrasant de sa masse et le labourant de son soc.

Le Rocher de Grand-Mère est issu d'une formation glaciaire appelé "verrou". Un verrou est un obstacle qui ralentit le mouvement du glacier et accentue localement sa puissance d'excavation. Les fortes dénivellation résultant de cette action sont à l'origine des chûtes et rapides de la rivière St-Maurice.

En algonquin, notre rivière portait le nom de Métapélodine, ce qui signifie "décharge au vent". Le 7 octobre 1550, Jacques Cartier la baptisa du nom de "Rivière de Fouez". Le nom utilisé aujourd'hui devint d'usage courant vers 1750 alors que Maurice Poulin, Sieur de Lafontaine, donna le nom de St-Maurice à sa seigneurie située sur la rive droite de la rivière.

La rivière St-Maurice fut d'abord utilisée pour le commerce des pelletries. Entre 1850 et 1852, elle est aménagée pour le transport du bois. À la fin du siècle dernier, son pouvoir hydraulique alimente la première usine de pâte en Mauricie, la Laurentide, et entre 1930 et 1940, elle est considérée comme un grand pourvoyeur d'électricité.