Société offshore blanchiment

Par définition, le blanchiment d’argent est le fait de remettre dans le circuit légal, les liquidités qui sont issues d’activités illégales et illicites. On se réfère souvent à l’offshoring lorsqu’on parle de blanchiment, mais ce dernier a un principe tout à fait différent. En effet, si l’on utilise généralement la fonction fiscale d’un pays pour l’évasion fiscale, le blanchiment utilise la fonction juridique, dont le secret bancaire ou l’absence de lois sur le blanchiment d’argent par exemple.

8 Société offshore blanchiment 1 300x224 Société offshore blanchimentLe blanchiment d’argent via un paradis fiscal

Les rouages du blanchiment d’argent sont beaucoup plus simples qu’on ne le penserait, raison pour laquelle cette activité gagne de l’ampleur dans certains paradis fiscaux. Dans ce type de juridiction, les sociétés bénéficient généralement d’une fiscalité privilégiée, voire nulle, ainsi que du secret bancaire. Pour blanchir des capitaux dans un paradis fiscal, il y a au moins trois phases complémentaires ou indépendantes, dont le prélavage, le lavage, et le recyclage.

Le prélavage

Tout commence par l’introduction de capitaux d’origine illégale dans le système bancaire. C’est cette opération qu’on appelle le prélavage. La façon la plus simple de s’y prendre, c’est de déposer des sommes d’argent liquide sur un compte offshore. Ainsi, l’on utilise très souvent une société offshore implantée dans un paradis fiscal, pour pouvoir blanchir des capitaux.

Le lavage

Le lavage consiste à virer les fonds vers d’autres comptes détenus par des sociétés écrans abritées dans des paradis fiscaux. Les grandes multinationales sont les plus à l’aise dans cette opération, dans la mesure où elles peuvent disposer d’un réseau de prestataires fictifs abrités dans de nombreux paradis fiscaux. Mais même les entreprises plus petites peuvent être des acteurs de blanchiment d’argent. Il leur suffit juste de trouver un bon intermédiaire, ou mieux encore, créer leur propre société offshore. Pour l’intermédiaire, le lavage consiste à surfacturer une prestation et de rendre la différence en argent liquide, mais à condition de trouver la bonne prestation qui ne soit pas suspecte aux yeux du fisc.

Le recyclage

Enfin, le recyclage consiste à réintroduire des fonds d’origine illégale, dans des activités économiques, cette fois, légitimes. Les comptes offshores servent ainsi à faire des acquisitions immobilières ou financières, à racheter des entreprises… Pour les plus astucieux, ils osent même faire appel à la Justice. Voilà comment cela fonctionne : vous commandez une prestation à votre société offshore sise dans un paradis fiscal lors de l’opération de lavage. Mais la société ne délivra pas la prestation, alors que vous avez déjà effectué le règlement. Vous saisissez alors la Justice, et la société offshore sera évidemment jugée coupable lors du procès, et sommée de régler la facture plus majoration. Ainsi, c’est la Justice même qui valide l’entrée des fonds illégaux dans votre pays… astucieux certes, mais tellement risqué. Le recyclage pourrait également passer par une SCI offshore. Ce cas concerne notamment les contribuables soumis à l’ISF à cause de biens immobiliers à forte valeur ajoutée. Il suffit juste de racheter les biens via la SCI offshore. Comme une société offshore bénéficie généralement de la confidentialité et de l’anonymat, il sera difficile de savoir que c’est toujours vous qui soyez derrière la SCI offshore. Il sera même possible d’habiter votre bien immobilier et verser un loyer qui facilitera le recyclage.

Le blanchiment est une activité illégale

Le blanchiment d’argent prend de l’amplitude en France : bandits, sociétés, politiques et associations sont concernés. En effet, ce besoin de blanchir de l’argent vient du fait qu’il faut écouler les fonds provenant des activités louches de tous genres (trafic, drogues, contrebande de produits, organisations criminelles…). C’est pour cette raison que l’ONU a mis en place des dispositifs de prévention, dans le but de contrôler les drogues et de prévenir les crimes. De gros efforts ont même été entrepris et continuent d’être faits, afin d’améliorer la transparence du secteur financier. Mais le monde financier offshore demeure en grande partie un « triangle des Bermudes » pour les enquêtes financières.

Pour lutter contre le blanchiment d’argent, il est important d’améliorer la formation des enquêteurs financiers, pour leur donner les moyens nécessaires pour appréhender les subtilités de montages complexes. D’ailleurs, il est bien clair que la société offshore est une structure légale, à condition de ne pas servir d’activités illégales comme le blanchiment d’argent.